les dons

Les dons 

Notre association fonctionne avec un système de dons

Les dons nous servirons a aider les clients, ils peuvent être fait par des particuliers comme des professionnels 

Plus de dons il y a, plus nous pouvons aider 

Les dons seront répartie selon le nombres de demandes et l’importance du services

Vous pouvez faire un dons par virement dans le menus ci-dessus ou passer par la plateforme GoFundMe dans les menus 

BIENVENUE

Bonjour à tous,

Notre association vous accueil pour vous aider dans n’importe quel situation

Venir en aide au autres est notre priorité, et nous nous mobilisons petit a petit pour vous fournir les meilleurs services

Vos tâches quotidienne

Ménage

Nous vous aidons dans vos taches ménagères à votre domicile tels que :

  1. repassage
  2. lessive
  3. aspirateur
  4. nettoyage des sols
  5. nettoyage des vitres
  6. plonge
  7. entretien des meubles
  8. Changements de draps
  9. rangement
  10. entretien de la cuisine

Courses

Nous vous accompagnons a faire vos courses dans le magasins de votre choix ou nous faisons vos courses en possession d’une liste de courses faites par vous.

Nous vous accompagnons en voiture et nous vous ramenons à votre domicile.

Déplacement

Nous vous aidons a vous déplacez en voiture à vos rendez-vous

Jardinage

Nous entretiendrons vos extérieur selon vos demandes :

  1. entretien des jardins
  2. taillages des haies
  3. nettoyages de l’extérieur

Rénovation

nous apporterons une touche de nouveauté à votre intérieur

  1. montage de nouveaux meubles
  2. peinture
  3. plâtrerie
  4. papier peint
  5. carrelage
  6. décoration

Vos tâches administratives

Remplissage de dossiers

Nous vous aidons dans la rédaction de courriers, ou compléter des dossiers quelconque.

Appels téléphoniques

Nous passons, à votre place, des appels téléphoniques ou nous vous aidons a trouver les informations pour appelez de vous même.

Mails

Nous vous aidons à la rédaction de mail si nécessaires.

Vos premiers besoins

Situation handicapante :

Nous serons présent au quotidien pour vous aider chez vous et vos déplacement.

Nous saurons nous adapté a vos besoin et être présent quand vous en aurez besoin.

Aide a la recherche de logement

Nous vous aidons au remplissage de dossier et à la recherche de logement approprié a vos besoin et vos moyens.

Problèmes financiers

Nous vous fournirons une aide financière, si vous rencontrez des difficultés.

Ou alors nous vous fournirons le nécessaire pour vous venir en aide.

Recherche d’emploi

Nous chercherons des offres auprès des intérim ou nous vous proposerons un poste au sein de notre associations le temps de régularisé votre situation.

Bienvenue

Nous avons crée cette association pour aider les personnes dans le besoin.

Nous avons tous le droit d’être aider, c’est pour quoi LA POUR LES AUTRES vous propose son aide dans n’importe quel domaine.

Nous vous aidons dans :

Vos besoins premiers :

  • si vous êtes dans une situation handicapante
  • si vous avez du mal a vous logez
  • si vous rencontrez des problèmes financiers
  • si vous chercher un emploi

Vos tâches administratives :

  • aide dans le remplissage de dossiers
  • aide aux appels téléphoniques
  • aide aux mails à envoyé

Vos tâches quotidienne :

  • Ménage
  • courses
  • déplacements
  • repassage
  • lessive
  • jardinage

Et bien plus encore selon vos demande et vos besoins…

STATISTIQUES GLOBALES DES SANS-ABRI

Pour aider nos supporters à mieux comprendre ce problème mondial, nous avons cherché à compiler les dernières statistiques disponibles sur les défis auxquels sont confrontés les gens du monde entier.

La dernière fois qu’une enquête mondiale a été tentée – par les Nations Unies en 2005 – environ 100 millions de personnes étaient sans abri dans le monde. Jusqu’à 1,6 milliard de personnes n’avaient pas de logement convenable (Habitat, 2015).

Obtenir une image précise du sans-abrisme dans le monde est extrêmement difficile. Les définitions du sans-abrisme varient d’un pays à l’autre. Les données du recensement sont généralement collectées sur la base des ménages et, bien que la plupart des données du recensement tiennent compte des personnes vivant dans des abris et recevant une aide gouvernementale, les recenseurs ont du mal à compter les «sans-abri cachés» – ceux qui peuvent résider dans des établissements inadéquats tels que les bidonvilles, les squats. dans des structures non destinées au logement, au surf sur canapé entre amis et en famille et à ceux qui déménagent fréquemment.

AFRIQUE
BURKINA FASO
Environ 45% des 20 millions d’habitants du pays vivent en dessous du seuil de pauvreté. Les femmes, les garçons et les filles âgés de 6 à 59 mois et les personnes âgées sont les plus touchés par l’insécurité alimentaire et nutritionnelle persistante, en particulier dans les zones rurales. (Programme alimentaire mondial, 2018)

EGYPTE
95% de la population est concentrée sur une étroite bande de terres fertiles le long du Nil, qui ne représente qu’environ 5% de la superficie de l’Égypte.

27,8% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. (CIA, 2019)

GHANA
Le Ghana a une population urbaine de 14 millions d’habitants, dont 5,5 millions vivent dans des bidonvilles (Africa Research Institute, 2016).

Les ménages sont souvent surpeuplés; en moyenne, il y a entre 10 et 20 personnes partageant une chambre (Habitat, 2016).

En 2018, 66000 personnes ont été déplacées en raison de catastrophes naturelles et de violences (Déplacement interne, 2019).

CÔTE D’IVOIRE
Le déficit de logements est estimé à 40000 unités par an et l’urbanisation ne cesse d’aggraver le problème (Habitat, 2019). En 2018, 3900 personnes ont été déplacées par la violence et les catastrophes naturelles (Déplacement interne, 2019).

56% de la population vivaient dans des bidonvilles en 2015 (Banque mondiale, 2015).

LIBÉRIA
En 2016, 50,9% de la population vivait en dessous du seuil de pauvreté national (Banque mondiale, 2019).

Dans la capitale Monrovia, 90% de la population est exposée aux inondations de la mer et des rivières et les deux tiers des Monroviens vivent dans des communautés non planifiées et des bidonvilles (Open DRI, 2018).

Les personnes vivant dans les zones rurales représentent 75% de la population pauvre (Relief Web, 2017).

MALAWI
Le taux de pauvreté national du Malawi est passé de 50,7% en 2010 à 51,5% en 2016 (Banque mondiale, 2017). Dans un pays de 18,6 millions d’habitants, il y a environ 1,5 million d’orphelins et d’enfants vulnérables (Habitat, 2019).

En 2019, le cyclone Idai a laissé environ 90000 personnes déplacées à la suite de la dévastation (Independent IE, 2019).

MALI
En 2017, le taux de pauvreté était de 42,7%, 90% des pauvres vivant dans les zones rurales (Banque mondiale, 2019). Dans les zones urbaines, le nombre de personnes vivant dans des bidonvilles continue d’augmenter en raison de l’urbanisation rapide (The Atlantic, 2018).

Plus de 80% de la population n’a pas de logement convenable (PNUD, 2012). Rien qu’à Bamako, environ 500 enfants vivent dans la rue (South World, 2018).

En 2018, 126000 personnes ont été déplacées en raison du conflit (Déplacement interne, 2019).

NAMIBIE
Quelque 252 000 personnes, soit 34% de la population urbaine, vivent dans des bidonvilles dans les villes de Namibie (Reall). Ils sont régulièrement menacés de catastrophes naturelles telles que les inondations, qui laissent chaque année des milliers de personnes sans abri (Relief Web, 2004).

NIGERIA
On estime à 24,4 millions le nombre de sans-abri au Nigéria. Ceci est une conséquence de nombreux facteurs, y compris la pauvreté de l’urbanisation rapide (HCR, 2007) et les actions de Boko Haram. En 2018, 613000 personnes ont été déplacées en raison de catastrophes naturelles et 541000 autres en raison de la violence et des conflits (Déplacement interne, 2019).

70% de la population de Lagos vit dans des logements informels et nombre d’entre eux sont sans abri en raison des tentatives des autorités de freiner la croissance rapide de la capitale (CBC, 2017).

AFRIQUE DU SUD
Les principales causes du sans-abrisme en Afrique du Sud proviennent d’une importante pénurie de logements, d’un chômage de 28% et de l’urbanisation (CIA, 2017). En 2015, 200000 sans-abri vivent seuls dans la rue et les inégalités massives sont endémiques, avec environ 79% de la population sous le seuil de pauvreté (DW, 2019).

TANZANIE
Entre 2007 et 2016, le pays a connu une réduction du taux de pauvreté. Le nombre de personnes vivant en dessous de la pauvreté, cependant, est resté à environ 13 millions en raison de la forte croissance démographique (Banque mondiale, 2019).

On estime qu’il y a un déficit de 3 millions d’unités de logement dans le pays, et les niveaux de revenu de la plupart des ménages sont significativement bas. 90 pour cent de la population ont les moyens de se loger à moins de 45 dollars par mois (Habitat for Humanity).

République du Togo

Les estimations de 2017 indiquent que 47% de la population togolaise vit dans la pauvreté (Banque mondiale, 2019). Selon l’AJDD, environ 100 000 personnes sont sans abri au Togo, dont la moitié résident uniquement à Lomé. Chaque année, 200 nouveaux cas d’enfants vivent dans la rue dans la seule capitale Lomé (Harambee Africa, 2019).

51% de la population urbaine vit dans des bidonvilles (UNMDG, 2019).

OUGANDA

Plus de 66% des Ougandais vivent dans des logements inadéquats, et il y a actuellement un déficit de 1,6 million de logements (Habitat, 2019).

En 2018, 173000 personnes ont été déplacées de leurs foyers en raison de catastrophes naturelles et de violences (Déplacement interne, 2019)

ZAMBIE

En raison de l’urbanisation rapide et de la pauvreté, la Zambie fait face à une grave pénurie de logements. ONU Habitat estime qu’environ 70% de la population urbaine vit dans des établissements informels.

Plus de 60% de la population zambienne vit sous le seuil de pauvreté et vit avec 2 dollars par jour (Habitat pour l’humanité).

ZIMBABWE

Plus de 72% des Zimbabwéens vivent en dessous du seuil de pauvreté (CIA World Factbook, 2012), et 62% des ménages ont également été considérés comme pauvres (ONU, 2011). Le taux de chômage du pays était estimé à 11,3% en 2014, mais on pense que c’est une énorme sous-estimation, car les conditions du pays empêchent la collecte de données précises.

La pénurie nationale de logements est estimée à plus de 1 million, avec plus de 1,2 million de personnes sur la liste d’attente nationale du gouvernement.

ASIE ET ​​OCÉANIE

AUSTRALIE

Selon AHURI, il y avait 116 427 personnes sans abri en Australie en août 2016. Cela représente une augmentation de 13,7% depuis 2011. Chaque nuit, une personne sur 200 en Australie est sans abri (Homelessness Australia, 2017).

Pour différents groupes d’âge, la plus forte augmentation du nombre de sans-abri entre 2011 et 2016 concerne les personnes âgées de 25 à 34 ans, avec une augmentation de 5 813 personnes (AHURI, 2018).

CAMBODGE

Les sept plus grands centres urbains du Cambodge abritent près de 2700 adolescents sans abri qui font face à de nombreux obstacles liés à la santé et à l’éducation (The Phnom Penh Post, 2017).

Le Cambodge est très vulnérable aux catastrophes naturelles, avec des inondations régulières de mousson dans le bassin du Mékong et du Tonlé Sap et des sécheresses localisées dans la région des plaines. Les risques liés au climat ont un impact majeur sur les moyens de subsistance des Cambodgiens qui vivent déjà au bord de la pauvreté, et une perte estimée à seulement 0,30 USD de revenu par personne doublerait le taux de pauvreté du pays (Programme alimentaire mondial, 2019).

HONG KONG

Plus de 200 000 habitants de Hong Kong vivent dans des «cercueils»; appartements subdivisés de la taille d’un placard (The Atlantic, 2017; SCMP, 2016). Environ 44,7% de la population vit dans des logements sociaux (THB, 2017).

En 2017, les organisateurs communautaires et les universitaires ont estimé le nombre de dormeurs à la rue à 1 614, soit près du double du nombre officiel du gouvernement de 874. Il s’agit d’une augmentation de 14% par rapport au nombre de 1 414 de l’année précédente (SCMP, 2017).

INDE

On estime à 1,8 million le nombre de sans-abri en Inde, dont 52% dans les zones urbaines. 73 millions de familles supplémentaires n’ont pas accès à un logement décent (ISFH, 2018; Habitat, 2019).

En 2017, les autorités gouvernementales ont démoli 53 700 maisons, expulsant 260000 personnes pour des raisons telles que des projets «d’embellissement de la ville» sans taudis, malgré le programme gouvernemental «Logement pour tous-2022» (HLRN, 2018).

Près de 2,9 millions de personnes ont été déplacées à la suite de catastrophes naturelles et de violences en 2018 (Déplacement interne, 2019).

INDONÉSIE

Il y a environ 3 millions de sans-abri en Indonésie (Youth Exchange).

L’Indonésie est sujette aux éruptions volcaniques, aux tremblements de terre, aux tsunamis et à d’autres catastrophes naturelles. Associée à une urbanisation rapide, des millions de personnes risquent de perdre leur logement. En 2018, il y avait 857500 personnes nouvellement déplacées en raison de catastrophes naturelles et de violences (Déplacement interne, 2019).

Environ 25 millions de familles vivent dans des bidonvilles urbains, le long des voies ferrées, des berges et des rues (Habitat, 2019).

ISRAËL

L’Association pour les droits civils en Israël estime le nombre de sans-abri à environ 25 000. Cependant, le nombre de personnes aidées par les services sociaux du pays est inférieur à 10% de ce nombre, en raison de leurs critères stricts (Times of Israel, 2018).

Au moins 610 sans-abri dont les autorités avaient connaissance sont morts dans la rue au cours des 15 dernières années (Haaretz, 2018).

JAPON

Les données officielles du gouvernement japonais montrent que le nombre de sans-abri est de 4977, mais les organisations à but non lucratif indiquent que le nombre réel pourrait être deux ou trois fois plus élevé (Japan Times, 2018). De 2016 à 2017, 1412 personnes dormaient dans les seules rues de Tokyo (ARCH, 2017).

Le gouvernement de Tokyo a publié une enquête en 2018 indiquant que le nombre de «réfugiés de cybercafés» était de 4 000 (Japan Times, 2018).

146000 personnes ont été déplacées en raison de catastrophes naturelles en 2018 (Déplacement interne, 2018).

KYRGYZSTAN

Les familles rurales déménagent souvent dans des établissements informels à la périphérie de Bichkek et d’autres grandes villes. Environ 70% des 6,2 millions de personnes au Kirghizistan vivent dans des logements insalubres, et il n’est pas rare que trois générations familiales soient entassées dans une même pièce (Habitat).

80% des enfants vivant dans la rue sont issus de la migration interne (Humanium).

En janvier 2018, Bichkek a été frappé par une vague de froid sévère, avec des températures chutant à -30 C.Au moins 15 personnes sans-abri sont mortes en un mois seulement (Eurasianet, 2018).

Il y a environ 3500 personnes vivant dans la rue à Bichkek seulement (IWPR, 2016).

PAKISTAN

Plus de 200 millions de personnes vivent au Pakistan (CIA, 2016); 35% de la population vit sous le seuil de pauvreté (Daily Times, 2018). On estime qu’il y a environ 20 millions de personnes sans logement convenable, la majorité vivant dans des bidonvilles et d’autres formes de logement temporaire (Al Arabiya, 2018).

La pauvreté est endémique au Pakistan, avec 60% de la population, principalement des femmes et des enfants, luttant pour trouver une nutrition appropriée (Borgen Project, 2018).

PHILIPPINES

Un cinquième de la population vit en dessous du seuil de pauvreté national (CIA, 2017). Il y a environ 4,5 millions de Philippins sans-abri avec 3 millions à Manille, probablement le plus dans toutes les villes du monde (Reuters, 2018).

On estime que 250000 enfants philippins vivent dans la rue (New Mandala, 2016)

3,8 millions de Philippins ont été déplacés en raison de catastrophes naturelles en 2018, et 188 000 autres en raison de la violence (Déplacement interne, 2018).

CORÉE DU SUD

Le gouvernement sud-coréen a classé plus de 11000 personnes dans tout le pays comme sans-abri en 2017, dont 1520 vivent dans la rue, 9330 dans des établissements de soins infirmiers et de réadaptation et 493 dans des établissements temporaires (Korea Bizwire, 2017).

14,4% des Sud-Coréens, soit environ 7,2 millions de personnes, vivent de manière vulnérable en dessous du seuil de pauvreté (CIA, 2016).

L’EUROPE 

L’AUTRICHE

Selon le ministère des Affaires sociales du pays, 15 090 personnes étaient enregistrées comme sans-abri en Autriche en 2016, contre 12 050 en 2014. Ce nombre n’inclut pas les dormeurs à la rue qui ne sont pas enregistrés. Environ 70% de toutes les personnes sans domicile fixe vivent à Vienne.

Il y a aussi une crise majeure dans l’hébergement des réfugiés actuellement en Autriche. En 2015, environ 85 000 réfugiés ont demandé une protection. En 2016, 22 000 demandeurs d’asile étaient toujours hébergés dans le cadre du programme fédéral de soins. Selon la FEANTSA, 2017, 80% des réfugiés quittant le régime fédéral de soins (Bundesbetreuung) risquent de se retrouver sans abri.

BELGIQUE

D’un dénombrement en 2016, 3386 personnes étaient sans abri à Bruxelles. Il s’agit d’une augmentation de 96% depuis 2008.

En Flandre en 2014, il y avait 764 personnes hébergées dans des hébergements d’urgence d’hiver, 4 694 personnes sans logement dont 1 675 enfants et 599 personnes menacées d’expulsion recensées au cours d’une enquête d’un mois.

En Wallonie, 5638 personnes ont utilisé le dispositif d’hébergement d’urgence en 2016 (FEANTSA, 2019, p.98)

BOSNIE HERZÉGOVINE

Plus de 2,2 millions de personnes ont été déplacées pendant et après la guerre de Bosnie, ce qui en fait le conflit le plus dévastateur d’Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. À la suite de la guerre, environ 99 000 personnes vivaient encore en déplacement en 2017 (IDMC, 2018).

16,9% de la population vit au niveau ou en dessous du seuil de pauvreté (Banque mondiale, 2017).

Le taux de chômage en 2017 était de 20,5% (CIA, 2019).

BULGARIE

En septembre 2013, 1 370 personnes étaient enregistrées comme sans-abri, mais le nombre réel est probablement beaucoup plus élevé, car cela ne concerne que les personnes avec une pièce d’identité émise par le gouvernement qui se sont inscrites dans ces établissements. Les personnes les plus vulnérables à l’itinérance sont les réfugiés, la minorité rom, les personnes âgées et les jeunes hors des foyers d’accueil. (Projet Borgen, 2019).

Plus de 40% des Bulgares sont menacés de pauvreté et d’exclusion sociale (Irish Times, 2018). La population vivant sous le seuil de pauvreté est actuellement de 23,4% (CIA World Factbook, 2019). Actuellement, 12,9% des personnes souffrent de privation grave de logement (FEANTSA, 2019).

CROATIE

Selon le Réseau croate pour les sans-abri, il y a plus de 2 000 sans-abri en Croatie, dont la moitié à Zagreb.

La FEANTSA – Fédération européenne des organisations nationales travaillant avec les sans-abri – utilise un système appelé ETHOS – Typologie européenne du sans-abrisme et de l’exclusion liée au logement – mais celui-ci n’est pas utilisé en Croatie. Si c’était le cas, le chiffre serait plus proche de 5000 (Balkan Insight, 2018).

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

On estime qu’en 2017, près de 119 000 personnes risquent de perdre leur logement en République tchèque. Les estimations pour les personnes vivant réellement sans logement sont de 68 500 – 74,4% sont des hommes, 23,6% sont des femmes (FEANTSA).

Sur ce chiffre, 11,9% ont moins de 18 ans et 10,3% plus de 65 ans. La FEANTSA conclut que 187 500 personnes au total ont été victimes d’exclusion de logement en République tchèque.

DANEMARK

Des données récentes montrent une augmentation du nombre de sans-abri de 1 600 depuis 2009. Cependant, le groupe d’âge qui a connu l’augmentation la plus importante du sans-abrisme est celui des 18 à 29 ans, en raison de l’instabilité économique et d’un marché du logement faible (CPH Post, 2018) ). En 2017, au moins 39 enfants de moins de 18 ans étaient sans-abri, cinq sans leurs parents (Project Outside, 2017).

Le dernier décompte a fait état de 6 635 sans-abri au Danemark (Hus Forbi, 2017).

ANGLETERRE

Il y a eu une tendance récente à l’augmentation du sans-abrisme en Angleterre. Sur la période 2016/17, 59 110 personnes étaient considérées comme sans-abri, soit une augmentation de 9% par rapport aux chiffres de 2014/15. Le sans-abrisme parmi les groupes vulnérables a également augmenté de 75% depuis 2010 (Shelter, 2019).

Chaque nuit, 4000 personnes dorment dans la rue (Shelter, 2019).

Le nombre de ménages en hébergement temporaire est passé de 48330 en 2011 à 78170 en 2017 (EOH, 2018).

57% des locataires privés disent avoir du mal à couvrir les frais de logement (Shelter, 2019).

FINLANDE

En 2017, il y avait 7112 sans-abri en Finlande, dont 411 dormant dans la rue, 355 dans des foyers, 516 dans des institutions et 5503 vivant en famille ou entre amis (FEANTSA, 2017).

54% des familles sans abri sont des immigrés (FEANTSA, 2017). En 2015, le nombre de sans-abri de longue durée autochtones a diminué de 8%, mais le nombre d’immigrants sans-abri de longue durée a augmenté de 22% (FEANTSA, 2017).

FRANCE

En 2012, environ 103 000 adultes des villes françaises ont utilisé une forme d’hébergement d’urgence ou de soupe populaire. Ce nombre comprend 30 000 enfants. Au total, 141 500 personnes étaient sans domicile en France en 2012, soit une augmentation de près de 50% par rapport à 2001 (INSEE, 2012).

ALLEMAGNE

On estime qu’il y avait 860 000 sans-abri en Allemagne, ce qui a marqué une augmentation de 150% en seulement deux ans en raison de l’inclusion des réfugiés dans les estimations. En excluant les réfugiés, le nombre de sans-abri se situe entre 335000 et 420000 (EOH, 2017).

Plus de 15% des personnes participant aux programmes d’aide aux sans-abri étaient des étrangers (Spiegel, 2013).

Environ 50% des ménages pauvres consacrent plus de 40% de leur revenu disponible au logement (EOH, 2017).

GRÈCE

Il n’y a pas de stratégie officielle de collecte d’informations sur le sans-abrisme en Grèce. Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies signale 21.216 personnes comme sans-abri (FEANTSA, 2017).

Actuellement, 34,8% de la population, soit 3,7 millions de personnes, sont considérées comme vivant en dessous du seuil de pauvreté (Kathimerini, 2018). Le pays a également le taux de chômage le plus élevé d’Europe avec 18,5% (Eurostat, 2019).

Depuis le début de la crise financière, les expulsions ont augmenté de près de 70%. Ceux-ci sont dus à des décisions de justice ou à des abandons volontaires causés par l’augmentation des dettes de logement (FEANTSA, 2017).

HONGRIE

Une enquête annuelle menée par des ONG a enregistré 10 206 sans-abri en Hongrie, dont 3 422 dormant dans la rue et 6 784 dans des foyers. Cependant, cette enquête ne collecte que des données sur les personnes connectées aux refuges ou aux équipes de bénévoles, de sorte que le nombre pourrait être beaucoup plus élevé (FEANTSA, 2017).

Entre 2006 et 2010, 131 personnes sans domicile fixe sont mortes de froid ou d’exposition dans la capitale. En 2016, l’ONU considérait que 46,6% des Hongrois étaient considérés comme pauvres, vivant avec moins de 300 USD par mois (Borgen Project, 2017).

IRLANDE

En janvier 2018, 9104 personnes accédaient à un logement pour sans-abri, une augmentation de 59% en seulement deux ans (FEANTSA, 2018).

Il y avait 10378 personnes sans abri en Irlande en mars 2019, avec une augmentation de 243% de familles sans abri depuis 2015 (Focus Ireland, 2019).

Au printemps 2019, 128 personnes ont été retrouvées en train de dormir dans les rues de Dublin (Focus Ireland, 2019).

ITALIE

Pendant la crise économique, le taux de sans-abrisme a triplé en Italie. En 2016, il y avait 50 724 sans-abri, soit une augmentation de 3 000 depuis 2011 (FEANTSA, 2017).

La pauvreté en Italie était à son plus haut niveau depuis dix ans en 2017, avec 5,1 millions de personnes vivant dans la «pauvreté absolue» (Reuters, 2017).

40% des sans-abri vivent dans la rue depuis plus de 4 ans (FEANTSA, 2017).

LITUANIE

Le sans-abrisme a augmenté en Lituanie. Les données montrent que le sans-abrisme n’a cessé d’augmenter au cours de la dernière décennie (Commission européenne, 2018). Il y avait 4 827 sans-abri recensés en 2015, dont 2 487 vivant dans des abris pour sans-abri et 2 340 dans des centres de crise pour mères et enfants. De 2007 à 2015, le sans-abrisme a augmenté de 32% (FEANTSA, 2016).

PAYS-BAS

De 2009 à 2015 Le nombre de sans-abri aux Pays-Bas a augmenté de 13 000 à 31 000, soit une augmentation de 74% (NL Times, 2016). 40% de cette population était concentrée dans les grandes villes d’Amsterdam, Rotterdam, La Haye et Utrecht (FEANTSA, 2019).

Les Pays-Bas sont l’un des deux pays les plus défavorisés en matière d’inégalités de logement en Europe (EOH, 2016).

IRLANDE DU NORD

Au cours de la période 2015/16, 18 600 ménages se sont présentés comme des sans-abri, avec bien plus de la moitié – 11 200 – jugés avoir réussi les quatre tests de sans-abrisme, une augmentation de 13% depuis 2012/13 (NI Dep for Communities, 2018).

En moyenne, 13 personnes sans-abri par mois ont vu leur demande de logement fermée en raison d’un décès d’octobre 2017 à août 2018 (The Detail, 2018).

NORVÈGE

Le nombre de sans-abri en Norvège est passé de 6 259 en 2012 à 3 909 en 2016 (EOH, 2017). On pense qu’une concentration à long terme sur le travail social résidentiel et la perception du sans-abrisme comme un problème de logement a été essentielle pour réduire le nombre (Norway Today, 2017).

POLOGNE

Le gouvernement polonais a estimé qu’il y avait environ 33408 sans-abri en février 2017, mais ces données sont considérées comme incorrectes et le nombre réel peut être beaucoup plus élevé (FEANTSA, 2019).

En 2017, environ 25% de la population sans-abri était dans la même situation depuis plus de 10 ans, ce qui signifie que la durée moyenne de la durée des sans-abri est en augmentation (FEANTSA, 2019).

LE PORTUGAL

Les premières données non approuvées de l’Institut de sécurité sociale montrent que 4 420 personnes ont été enregistrées dans des «situations de sans-abri actif» en 2013 (FEANTSA, 2017).
Depuis le début de la crise économique en 2008, le nombre de sans-abri a augmenté de 30% (Portugal News Online, 2011).

ROUMANIE

Il n’y a pas de stratégie nationale de collecte de données sur le sans-abrisme en Roumanie. La seule étude a été menée en 2004, alors que la population des sans-abri était estimée entre 14 000 et 15 000 personnes (FEANTSA, 2012). Rien qu’à Bucarest, il y avait environ 6 000 sans-abri, dont 1 000 enfants (Deutsche Welle, 2013).

RUSSIE

L’agence gouvernementale russe de statistiques Rosstad n’a pas collecté de chiffres sur les sans-abri depuis 2010. Le nombre officiel de cette période – 64 000 – serait bien trop bas, et on estime que le nombre réel est d’environ 5 millions (Euromaidan Press, 2017 ).

ÉCOSSE

De 2017 à 2018, sur 34 972 demandes auprès des autorités locales, 28 792 ménages ont été déclarés sans abri. Le nombre de demandes de sans-abri a augmenté pour la première fois en neuf ans (Shelter Scotland, 2019).

En 2016-2017, les personnes de moins de 24 ans représentaient 27% des personnes évaluées comme sans-abri (Scottish Government, 2017).

SLOVÉNIE

Des rapports récents évaluent le nombre de sans-abri à environ 4000, mais on pense que ce nombre est plus élevé car beaucoup cachent leur situation (Slovénie Times, 2016). Cela pourrait être dû à la politique gouvernementale qui répertorie la mendicité et l’utilisation de l’espace public pour dormir comme des infractions punissables (FEANTSA, 2012).

Les services d’aide aux sans-abri ne sont pas une priorité et sont moins répandus que dans d’autres pays européens (EOH, 2018).

SUÈDE

Une cartographie nationale suédoise du sans-abrisme a eu lieu pendant une semaine en 2017, et a trouvé 33 250 personnes sans-abri, dont 18% ont été décrites comme «sans-abri aiguë» (National Board of Health and Welfare, 2018).

Environ 15% de la population suédoise, soit 1,5 million, vit en dessous du seuil de pauvreté, ce qui signifie qu’elle n’a pas le niveau de revenu nécessaire pour satisfaire aux conditions de vie minimales (CIA, 2019).

SUISSE

Bien que moins visible, le sans-abrisme existe. 7% des résidents permanents vivent dans la pauvreté en termes de revenus (BFS, 2015). Le taux de pauvreté des étrangers originaires de pays non européens est nettement plus élevé à 11,7% (BFS, 2015).

En avril 2019, le refuge pour sans-abri basé à Zurich, Pastor Sieber Emergency Sleeping Center, a signalé sa deuxième occupation hivernale la plus élevée depuis son ouverture en 2002, avec 4801 nuitées (Diakone Schweiz, 2019).

UKRAINE

Le taux de chômage en Ukraine est estimé à 9,2% (CIA World Factbook, 2017), et environ 3,8% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, soit plus de 1,5 million de personnes. Depuis le conflit dans le Donbass dans la région orientale de l’Ukraine en 2014, 2,7 millions de personnes ont été déplacées et plus de 4 millions directement affectées par la poursuite des hostilités (Banque mondiale, 2018).

PAYS DE GALLES

En 2017-2018, 11277 ménages ont été considérés comme des sans-abri et avaient l’obligation d’aider à trouver un logement. En 2017-2018, 9072 ménages ont été menacés de sans-abrisme dans les 56 jours.

À la fin du mois de mars 2018, il y avait 2052 ménages en hébergement temporaire. 801 ménages étaient des familles avec enfants (Gouvernement gallois, 2017/18).

AMÉRIQUE DU NORD / CENTRALE ET CARAÏBES

CANADA

On estime que plus de 235 000 Canadiens sont sans-abri chaque année, et plus de 35 000 Canadiens sont sans-abri chaque nuit. Entre 13 000 et 33 000 Canadiens sont des sans-abri chroniques. Bien qu’il y ait eu une diminution de l’utilisation des refuges au cours des 10 dernières années, le nombre de personnes âgées (65 ans et plus) a augmenté (Homeless Hub, 2016).

Bien que les Autochtones représentent 4,3% de la population canadienne, ils constituent 28 à 34% de la population des refuges (Homeless Hub, 2016).

75% des sans-abri au Canada sont aux prises avec une maladie mentale (Fred Victor, 2019).

COSTA RICA

La municipalité de San José estime que plus de 1 800 personnes sont sans abri. Selon les statistiques officielles, environ 5 300 familles vivaient dans des bidonvilles en 2009. En 2009, le tremblement de terre a laissé de nombreuses familles sans abri et les catastrophes naturelles constituent une menace sérieuse en termes de perte d’un logement (Habitat Costa Rica, 2010; The Tico Times, 2014).

GRENADE

La Grenade a l’un des taux de chômage les plus élevés des Caraïbes avec 24% (CIA, 2017) et l’un des taux d’extrême pauvreté les plus élevés des Caraïbes orientales avec 13% (Borgen Project, 2017).

L’emplacement de la Grenade la rend très vulnérable aux catastrophes naturelles telles que les ouragans. En 2004, l’ouragan Ivan a endommagé 80% des maisons et laissé environ 60 000 personnes (plus de la moitié de la population) sans abri (Relief Web, 2009).

GUATEMALA

En 2014, on estimait que 59,3% de la population vivait sous le seuil de pauvreté (CIA World Factbook).

Le déficit de logements au Guatemala dépasse 1,6 million de ménages et les besoins de base en services tels que l’eau potable, l’assainissement et l’électricité dans les zones rurales sont élevés (Habitat).

Les déplacements dus aux catastrophes naturelles et à la violence sont importants, 27 000 personnes ayant été déplacées par des catastrophes naturelles en 2018. Malgré le manque de données, on pense que la principale cause de déplacement de population est due à la violence et au développement des gangs (Déplacement interne, 2018) ).

HAÏTI

Les personnes déplacées par le tremblement de terre et les ouragans de 2010 dans les années suivantes subissent toujours les effets du déplacement de leurs foyers (Déplacement interne, 2019). Jalousie, l’un des plus grands bidonvilles d’Haïti, a une estimation prudente de 80000 habitants, dont beaucoup ont perdu leur maison après le tremblement de terre de 2010 (The Guardian, 2018).

58,5% de la population, soit 6 millions de personnes, vivent avec moins de 1,23 USD par jour (Banque mondiale, 2012).

HONDURAS

Plus de 60% de la population hondurienne vit dans la pauvreté et dans les zones rurales, 20% de la population vit dans une «pauvreté extrême» (Banque mondiale, 2018).

En 2016, le déficit de logements était supérieur à 1 million d’unités (Habitat).

En 2015, 27,5% de la population urbaine vivait dans des bidonvilles (OMD des Nations Unies).

17000 personnes ont été déplacées par des catastrophes naturelles, 950 par la violence, en 2018 (Déplacement interne).

MEXIQUE

Environ 16 millions de personnes vivent dans des logements inadéquats avec des sols en terre battue, des toits en tôle et des murs en terre battue (Habitat, 2019). Un tiers de la population mexicaine est composée d’adolescents et environ la moitié d’entre eux, 21 millions, vivent dans la pauvreté (Humanium, 2017).

À Mexico, on estime que 50% des personnes vivent dans des établissements informels à faible revenu. Les ONG en 2012 ont estimé qu’entre 15 000 et 30 000 personnes à Mexico vivaient dans la rue. (Housing Conference, Université de Glasgow, 2009; Inter Press Service, 2012).

LES ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE

Plus de 553700 personnes étaient sans abri en une seule nuit aux États-Unis, selon le ministère du Logement et du Développement urbain (BBC, 2017).

Plus de 40 millions de personnes vivaient dans la pauvreté et 18,5 millions vivaient dans une pauvreté extrême, avec un revenu familial déclaré inférieur à la moitié du seuil de pauvreté. (UNHR, 2017).

Les implications de la grande récession se font encore sentir. On estime que 3,2 millions d’emplois ont été supprimés et 1,2 million de maisons ont été saisies lors de la crise financière entre 2007-2009 (Portland State University, 2018).

AMÉRIQUE DU SUD

ARGENTINE

Il n’existe pas de sources officielles pour connaître le nombre de sans-abri dans la capitale, mais les groupes civiques locaux évaluent le chiffre à 8 000 personnes, dont 198 000 dans la ville vivent dans une «extrême pauvreté» (AP News, 2019).

L’Argentine a un déficit de logements de 4 millions d’unités, tant en qualité qu’en quantité de logements. Dans les zones urbaines, 16% des maisons n’ont pas d’eau potable et 45% n’ont pas de système d’égout sanitaire (UN Habitat, 2016).

BRÉSIL

Sur une population de 210 millions d’habitants, on estime que plus de 50 millions de Brésiliens vivent dans des conditions inadéquates (Habitat, 2017).

Selon la Fondation Perseu Abramo, 101854 personnes vivaient dans la rue en 2015 (FPAbramo, 2017).

Le chômage était de 12,8% en 2017, contre 11,3% en 2016. Le taux de chômage des personnes âgées de 15 à 24 ans est de 30,2%. La population vivant en dessous du seuil de pauvreté est de 4,2%, bien qu’environ 4% de la population se trouve en dessous du seuil de pauvreté «extrême» (CIA, 2018).

À Rio de Janeiro, le Bureau municipal d’assistance sociale estime qu’il y a 14 200 personnes sans abri dans la ville. Cela représente une augmentation de 150% en trois ans (Rio Times, 2017).

CHILI

Un dénombrement des personnes sans domicile a été effectué pour la dernière fois en 2011. Le chiffre atteint était de 12 255 (OCDE).

Le pourcentage de la population sous le seuil de pauvreté en 2017 était de 8,6% (Banque mondiale).

COLOMBIE

La Colombie connaît de violents conflits internes depuis plus de 50 ans. Selon le Programme alimentaire mondial, 7,5 millions de personnes ont été déplacées en conséquence.

L’extrême pauvreté est toujours présente, affectant de manière disproportionnée certaines régions et certains types de population. Les minorités ethniques en particulier – y compris les communautés autochtones et afro-colombiennes – dans les anciennes zones de conflit paient un lourd tribut pour des années de marginalisation. Les régions côtières présentent les carences les plus graves, le département caribéen de La Guajira atteignant un pic de 90 pour cent de la population rurale dont les besoins de base ne sont pas satisfaits (Programme alimentaire mondial).

PÉROU

Le taux de pauvreté du Pérou est de 21,7% selon la Banque mondiale. On estime que 375 000 Péruviens ont rejoint les rangs des pauvres, ce que l’agence nationale de statistique INEI définit comme un individu survivant avec moins de 338 soles (105 dollars) par mois. On estime que 6,9 ​​millions de Péruviens vivent maintenant dans la pauvreté, dont 44% dans les régions rurales du Pérou (Reuters, 2018).

En 2017, les agences de secours ont estimé que 700000 personnes au Pérou se sont retrouvées sans abri en raison de glissements de terrain et d’inondations provoqués par des pluies exceptionnellement fortes (LATimes, 2017). Il y a plus de 560000 réfugiés et migrants vénézuéliens au Pérou (HCR, 2018).

VENEZUELA

Au Venezuela, 90% de la population vit dans la pauvreté. Un taux exacerbé par des politiques économiques ratées et une chute des prix mondiaux du pétrole (INE).

Depuis 2014, plus de 3,4 millions de Vénézuéliens ont quitté le pays – l’un des cas les plus importants de déplacement forcé dans l’hémisphère occidental. En moyenne, en 2018, 5000 personnes ont quitté le Venezuela chaque jour selon l’agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l’agence des Nations Unies pour les migrations (OIM). Environ 2,7 millions de Vénézuéliens sont hébergés dans les pays d’Amérique latine et des Caraïbes (OIM, 2019).